• Delphine Bourdais

Quand c'est pire après


Encore une fois c’est une expérience récente qui m’inspire pour vous écrire aujourd’hui un petit article sur le « quand c’est pire après ».


Souvent, à la fin d’une séance sur votre cheval je vous préviens qu’il peut y avoir des réactions dans les jours qui suivent : jetage, diarrhées, problèmes de peau, fatigue du cheval ou au contraire cheval qui devient hystérique… Et puis parfois j’oublie de le dire, et c’est là que le « drame » arrive.


Cela vous est peut-être déjà arrivé en sortant d’une séance de shiatsu ou d’autre technique énergétique (voir même en ostéo). Juste après la séance vous vous sentez bien, détendu, les symptômes ont disparu. Mais voilà qu’apparaissent quelques jours plus tard, des signes assez désagréables auxquels vous ne vous attendiez pas. Tout va pour le pire et vous regrettez peut-être d’avoir opté pour le praticien en question.


Pour votre cheval c’est pareil, le soin a eu l’impression de lui faire du bien, il a même baillé et était vraiment détendu après… mais le lendemain, voir quelques jours plus tard c’est pire.


Finalement, n’avez-vous pas eu tort ? Est-ce que ça a marché ? Est-ce que le praticien a fait une erreur ?

Vous commencez à le regretter et vous vous demandez que faire…


Ce qui se passe est tout à fait normal, et même plutôt attendu.

Ce qui vous arrive ou arrive à votre cheval porte le nom

d’effet-rebond ou crise de guérison.


C’est une aggravation réactionnelle transitoire qui survient le lendemain ou le surlendemain d’un soin, alors que tout semblait aller pour le mieux.




En général, ce type de réaction a lieu lors des premières séances. Cela peut aussi se produire lorsque au fil des séances on va chercher de plus en plus loin dans la cause primaire du problème, et qu’on arrive à mettre le doigt dessus ET que le corps est prêt à l’évacuer.



Ces réactions autant physiques que mentales qui peuvent découler d’une crise de guérison indiquent généralement qu’un travail profond est en cours.

L’intensité est tout à fait variable d'une personne/cheval à l'autre et peut même passer inaperçue à vos yeux. Ne cherchez pas à tout prix à avoir votre crise de guérison :-)


Chez le cheval qui m’a poussé à écrire ce post, c’est arrivé 48h après la seconde séance. Et ça n’a pas été drôle pour sa cavalière puisque c’est la colère qui est ressortie… chutes à la clé… En allant revoir cette jument 72h après sa séance, c’est vraiment le sentiment de colère, de haine qui ressortait. J’ai essayé à nouveau de l’aider mais seul le temps fera son effet…


Dans les soins, cette phase – aussi appelée “phase épileptoïde” – dure en général 10 jours. Dix jours durant lesquels tout est possible.


  • Lorsqu’il y a crise de guérison, le corps se nettoie, c’est un processus d’élimination pour extraire les toxines accumulées sur une zone précise. Cela peut donc se traduire par des diarrhées, beaucoup d'envies de pipi, des sueurs d’odeur inhabituelles, de larmes, de nez qui coule…pensez donc à bien vous hydrater car l'eau sert à évacuer. Cela m'est déjà arrivée de vomir après une séance... c'est dire si cela peut être violent.


  • C’est aussi un changement de schéma d’information dans le corps. Ce schéma garde trace de tout ce qui nous arrive (mémoire cellulaire) et va être modifié. Par conséquent, l’information au niveau de nos cellules et particulièrement là où elle s’était « cristallisée » va être libérée, cela peut durer entre quelques jours et plusieurs semaines suivant l’importance des libérations. Il peut y avoir fatigue, courbatures, apparition de douleurs variées, impression d’avoir été passé sous un rouleau compresseur, des douleurs migrantes (un coup le genou fait mal, puis la hanche, les lombaires, puis tout ça disparaît alors qu’une autre douleur survient à la nuque, etc.).


  • Cela peut aussi se traduire par des symptômes plus émotionnels : tristesse, colère, angoisses qui refont surface, retour de souvenirs qu’on pensait avoir mis aux oubliettes… Je me souviens d’une séance pour moi où j’ai beaucoup pleuré les jours d’après et où j’avais un énorme besoin de dormir…


En réalité, même si ces signes sont visibles les dix premiers jours en moyenne, les réactions de l’organisme en arrière plan s’étalent véritablement sur un mois et demi, voir encore plus. Il m'est arrivé de travailler sur un symptôme chez un humain... et de voir le changement quelques mois plus tard. Bien sur la personne avait oublié sa séance !



Cependant plus le temps passe et moins les changements sont conscients, c’est-à-dire que la personne ne ressent plus de désagréments. C’est pour cela qu’on ne préconise pas de séances trop rapprochées. Il faut laisser le temps au corps de digérer l’information. Dans ce cas, les séances espacées de 2-3 semaines permettent de compléter le soin, le libérer un autre blocage.


De ce fait, après l’effet rebond, la personne peut ne pas obtenir immédiatement le résultat escompté. Il faudra du temps… mais il faut aussi que le corps et le cœur soient prêts à laisser partir ce qui doit l’être. Cela est encore une autre histoire…


Nous semons des graines, parfois elles mettent du temps à germer.



Merci Dia de m'avoir inspiré cet article...

41 vues

© 2018 - Delphine Bourdais

Delphine Bourdais

Shiatsu équin et humain

shiatsudelfe.com